Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































lundi 15 juillet 2013

La Hausse du prix du tabac

Annoncée en juin par le ministère de la Santé, la hausse des prix du tabac entre en vigueur ce lundi. 20 centimes de plus par paquet de cigarettes, 40 centimes de plus par paquet de tabac à rouler.



Le prix des cigarettes augmentera lundi de 20 centimes par paquet. Le tabac à rouler, lui, augmente directement de 40 centimes. Cette décision fait suite à la hausse de la fiscalité du tabac intervenue au 1er juillet au nom des impératifs de santé publique. De moins en moins de fumeurs Selon les experts, le tabac tuerait 73.000 personnes chaque année en France.

En faisant passer le paquet le moins cher à 6,30 euros, Bernard Cazeneuve, ministre du Budget français, espère faire baisser le nombre de fumeurs en France. Il a expliqué dans un communiqué que la précédente hausse des prix de 40 centimes en novembre 2012, a eu un "effet dissuasif avéré sur la consommation". Selon lui, les ventes de tabac auraient reculé de près de 9% au premier semestre.

Cela ne suffit pas aux associations anti-tabagisme, telle qu'Alliance, qui estime que cette augmentation "sera une fois de plus sans effet sur le comportement des fumeurs". Hausse de 10% en moins d'un an Cette nouvelle inflation s'inscrit dans une progression constante des prix depuis un an et la hausse atteint "environ 10% en moins d'un an".

Les prix du tabac en France sont les plus élevés d'Europe continentale, ce qui, selon le ministre du Budget, reflète l'action du gouvernement pour modérer la consommation. Bernard Cazeneuve a ajouté que "cette détermination" française est aussi le signe d'un positionnement " en faveur d'une convergence vers des prix du tabac élevés dans l'ensemble de l'Union".

Les buralistes sont en colère:

Il sera bientôt possible de ramener plus de cinq cartouches de cigarettes achetées dans un autre pays européen. La Cour de justice de l'Union Européenne juge la limitation appliquée en France contraire à la libre circulation des marchandises. Cette levée d'interdiction pourrait intervenir dès la semaine prochaine. Une décision qui inquiète les buralistes. Dominique Morel est président de la chambre syndicale des buralistes de la Somme. Il ne veut pas se laisser faire et se dit prêt dans ce cas à aller acheter sa marchandise à l'étranger. Il répond à Justin Morin de France Bleu Picardie.



Un reportage à la télé:

 
 

Cine à l'Institut: 18 juillet

Allons au cinéma: jeudi 18 juillet à 20H.



Vincent Rousseau dirige pour la première fois une colonie de vacances et se retrouve plongé pendant trois semaines dans l'univers des colos avec petites histoires et gros soucis à la clef! Vincent se retrouve alors confronté à la vie mouvementée du camp, de ses animateurs plus ou moins professionnels et des ados pas toujours évidents à gérer...



dimanche 14 juillet 2013

Aujourd'hui: c'est la fête nationale



Le 14 juillet 1789 :
la prise de la Bastille La fête nationale commémore d'abord le 14 juillet 1789, première journée révolutionnaire à portée symbolique. Cet été là, une grande agitation règne à Paris. Face au mécontentement populaire, le roi a réuni les Etats généraux, une assemblée des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état. Ces derniers demandent une réforme profonde des institutions et, le 9 juillet, se proclament Assemblée nationale constituante.

L'initiative inquiète le roi qui fait venir en secret des régiments suisses et allemands à proximité de Versailles. La rumeur court bientôt que les troupes royales se préparent à entrer dans Paris pour arrêter les députés. Le 12 juillet, un orateur harangue la foule qu'il appelle à réagir : c'est Camille Desmoulins, monté sur un tonneau, qui annonce une "Saint Barthélemy des patriotes". Au matin du 14 juillet, des Parisiens en colère vont chercher des armes aux Invalides, puis se dirigent vers la vieille forteresse royale de la Bastille, en quête de poudre.

Après une journée de fusillade sanglante, et grâce au ralliement de gardes nationaux, les Parisiens s'en emparent et entament sa démolition. Au final, ils ne libèrent que quelques prisonniers et malfrats sans envergure. Mais cette vieille prison médiévale incarne l'arbitraire de l'Ancien régime. En l'abattant, les Parisiens font tomber un rempart de l'absolutisme. Et cette journée, qui marque le début de la Révolution, restera dans les mémoires comme un jour de liberté. Cependant la fête nationale fait aussi référence à une autre événement moins connu : la fête de la Fédération du 14 juillet 1790.

Retrouvez toute l'histoire de la fête.

Voici l'origine des lampions pendant la fête.

Voici la préparation du défilé:


Le défilé sur les Champs-Elysées, c’est dimanche. Deux jours avant, les militaires qui fouleront la plus belle avenue du monde ont effectué les derniers réglages sur la base de Satory, dans les Yvelines.


Autre tradition: Le bal des pompiers.

C'est transformer la cour de leur caserne en piste de danse le soir du 13 ou du 14 juillet ! Voilà, il ne manque plus que la grande banderole à travers la rue devant la caserne, c'est fin prêt, les pompiers vous accueillent.
A l'origine, la fête était organisée dans les casernes pour les pompiers eux-mêmes et leurs familles. Il y avait des jeux, des spectacles de théâtre, des démonstrations de gymnastique, des orchestres évidemment, et parfois aussi l'élection de la Madelon des pompiers.

Et puis un certain 14 juillet 1937, alors que la fête battait son plein à la caserne de Montmartre, des passants envieux auraient tapé à la porte et la caserne aurait laissé entrer une foule curieuse et vite enthousiaste. Ce fut un succès. Dès l'année suivante, les casernes des autres arrondissements parisiens faisaient de même. Depuis le bal des pompiers s'est imposé.

Un bal guinguette comme on l'aime en France. Cette nuit-là, les Français font comme si les différences de classe n'existent pas. Les pompiers et les civils, les jeunes et les vieux, les bourgeois et les prolos. On est ravi de boire, de draguer, de se côtoyer. Il y a, je crois dans cette tradition un vrai désir de cohésion populaire, la volonté de tout le monde de commémorer ensemble l'insurrection du peuple français et les grandes fêtes révolutionnaires qui suivirent. Oui, il y a quelque chose de profondément émouvant dans ce bal des pompiers du 14 juillet.

Retrouvez plus d'informations ici.

vendredi 12 juillet 2013

200ème anniversaire de Claude Bernard

Claude Bernard, était médecin dont l'apport à la discipline a été considérable au XIXe siècle.


Ce chercheur français a réinventé l'approche des sciences de la vie et imposé son modèle de fonctionnement du corps humain, la physiologie, aux dépens de l'anatomie. Jusqu'alors, cette approche qui affectait une fonction vitale à chaque tissu de l'organisme, était dominante.

Mais le physiologiste a prouvé qu'une fonction, par exemple la digestion, pouvait nécessiter plusieurs tissus (glandes salivaires, muqueuses gastriques). Dans son Introduction à l'étude de la Médecine expérimentale de 1865, Claude Bernard explique que cette démarche «constitue à elle seule la science vitale active, parce qu'en déterminant les conditions d'existence des phénomènes de la vie, elle arrivera à s'en rendre maître et à les régir par la connaissance des lois qui leur sont spéciales.»

Cette révolution, il l'a mûrie depuis sa jeunesse quand, préparateur en pharmacie, il constate que la médecine est une science des plus inexactes. Les médicaments sont assemblés de manière empirique, plus par habitude que par expérimentation.

Claude Bernard se détourne alors de la médecine pour se consacrer à la physiologie. Activité qui importune grandement son épouse catholique. Elle, qui voit d'un très mauvais œil les expériences de vivisection de son mari, lui intente un procès avant de le quitter.
Mais ces déconvenues sentimentales n'empêchent pas le physiologiste de poursuivre ses études, notamment sur le concept de «milieu intérieur» qu'il développe d'après ses travaux sur la sécrétion pancréatique et sur les origines du diabète. Ce milieu est constitué de tous les fluides du corps humain dans lesquels baignent les organes.

Bernard démontre par l'expérience que ce bouillon de culture, parfaitement régulé et équilibré, a une vertu protectrice pour l'organisme. Aux confins d'autres disciplines (histologie, physico-chimie, morphologie et anatomie), il pose les bases de la physiologie expérimentale. Mais la discipline est, dans un premier temps, boudée par les hôpitaux publics.

Le scientifique s'attache donc à former des médecins non-dogmatiques, qui procèderont d'une démarche hypothético-déductive. Titulaire de chaire à la Sorbonne, au Collège de France, et au Muséum national d'histoire naturelle, il est, par ailleurs, adoubé par l'Académie des sciences, de la médecine, et par l'Académie française.
À sa mort, le 10 février 1878, il bénéficie de funérailles nationales sur la recommandation de Gambetta. Un honneur inédit, à l'époque, pour un savant.

Un hommage Google à Claude Bernard.

mercredi 10 juillet 2013

Le tour de France

Pour tout savoir sur le Tour, allez sur la page officielle.





Retrouvez tout le vocabulaire du Tour, ici.




Voici  un résumé de l'étape du jour, vous pourrez le voir, tous les jours.


FR - Résumé - Étape 11 (Avranches > Mont-Saint... par tourdefrance



Faites un exercice d'écoute sur le tour, c'est ici.

Une autre idée d'exercice, on y va.


dimanche 7 juillet 2013

Explosion au Québec

Le déraillement et l'explosion d'un train "fou", sans conducteur, transportant des citernes de pétrole brut a détruit des dizaines de bâtiments samedi à Lac-Mégantic, au Québec.



Dimanche, un nouveau bilan a fait état de cinq morts. Il pourrait être beaucoup plus lourd. Selon la presse locale, il y aurait 40 à 80 disparus. Un train comportant 73 wagons et cinq locomotives, de la compagnie américaine The Montreal Maine & Atlantic (MMA), s'est détaché samedi pour une raison encore inexpliquée alors qu'il avait été mis à l'arrêt et que son conducteur n'était pas à bord.

Emporté par sa vitesse, il a déraillé et quatre wagons-citernes chargés de pétrole brut ont explosé dans une gigantesque boule de feu en plein coeur de la petite ville de Lac-Mégantic, au Québec, située à 250 km à l'est de Montréal.



Explications de l'accident:

La compagnie ferroviaire laisse entendre que les wagons se sont détachés tout seuls. Le convoi était immobilisé dans le village voisin de Nantes pour effectuer un changement d'équipe. Pour une raison inconnu, il s'est "mis à avancer, à bouger dans la pente le conduisant jusqu'à Lac-Mégantic", alors que les systèmes de freinage étaient pourtant activés, a expliqué Christophe Journet, porte-parole de la compagnie propriétaire du train.

Selon des témoins rencontrés par l'envoyée spéciale de France Info, Pascale Guéricolas, expliquent "qu'une heure et demie avant l'explosion", ils avaient observé "l'incendie d'une locomotive". Ils parlent d'une fumée "très âcre, qui ressemble peut-être à du pétrole embrasé".
Ces témoins parlent également du "mauvais entretien de la voie qui traverse la ville et du fait qu'il y a de plus en plus souvent, des convois chargés de pétrole qui traversent le village". En Amérique du Nord, le nombre de trains transportant du pétrole a été multiplié par 25 en quatre ans.


De gros dégâts matériels:

Des dizaines de bâtiments ont été détruits, certains totalement rasés, soit par les explosions, soit par les incendies qui ont suivi. Le pétrole en feu s'est répandu dans les égouts et a propagé l'incendie dans plusieurs rues, a précisé le président de la compagnie ferroviaire Montréal, Maine & Atlantique (MMA), Edward Burkhardt.

Des témoins ont parlé de six grosses explosions. Plus de 21 heures après la première, un wagon-citerne brûle encore et les pompiers, dont certains venus des Etats-Unis voisins, aspergent encore d'eau froide ceux qui n'ont pas explosé. Les 73 wagons transportaient 100 tonnes de pétrole chacun. L'accident a créé un spectaculaire champignon de feu.


vendredi 5 juillet 2013

Les résultats du Bac

Près de deux semaines après la fin des épreuves, le suspense est à son comble pour les candidats au baccalauréat 2013.

Vendredi, plusieurs possibilités s'ouvrent aux candidats pour découvrir des résultats. Les 664.709 candidats au baccalauréat 2013, dont les épreuves avaient débuté le 15 juin dernier, sauront enfin, vendredi...
La divulgation des résultats du bac, variant selon les académies, est prévue à partir de 10h. A la veille de l'annonce des résultats, les candidats au baccalauréat général, professionnel ou technologique, ont différentes solutions pour découvrir leurs résultats.

 
 


L'actualité ce vendredi ce sont évidemment les résultats du baccalauréat. Qui ne sont pas toujours conformes à ce qu'on imaginait. Que faire en cas de mauvaise ou de bonne surprise ?