Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































lundi 26 janvier 2015

Un film à voir: La famille Bélier

Un film qui vaut vraiment la peine d'être vu:

L'histoire:
Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à
ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.



Lisez cet article très intéressant sur ce film, c'est ici.

Ciné à Madrid: Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu?

En ce momento dans les cinema en VO, vous pouvez retrouver ce film:

L'histoire:
Claude et Marie Verneuil, issus de la grande bourgeoisie catholique provinciale sont des parents plutôt "vieille France". Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d'ouverture d'esprit...Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième un chinois.
Leurs espoirs de voir enfin l'une d'elles se marier à l'église se cristallisent donc sur la cadette, qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique.


dimanche 18 janvier 2015

My french film festival


Voici le site officiel: http://www.myfrenchfilmfestival.com/fr

Voici le príncipe:
MyFrenchFilmFestival.com est un concept inédit qui a pour but de mettre en lumière la jeune génération de cinéastes français et qui permet aux internautes du monde entier de partager leur amour du cinéma français. Pour sa cinquième édition, le festival revient avec de nouveaux films, de nouvelles plateformes partenaires et des lancements en salles dans plusieurs territoires.

C’est du 16 janvier au 16 février 2015 que les cinéphiles du monde entier auront accès à tous les films que propose la 5ème édition du festival du cinéma français en ligne. En avant-première, tous les courts métrages seront visibles gratuitement le 21 décembre 2014 dans le cadre du Jour le Plus Court, la fête du court métrage.

Dix longs métrages et dix courts métrages français sont en compétition. Les internautes sont invités à noter tous les films et à laisser leurs commentaires sur le site. La sélection compte deux films belges en compétition, et, hors compétition, un film de patrimoine et deux films francophones canadiens.

Où voir les films ?
- En ligne :
Sur la plateforme myFrenchFilmFestival.com pour l'ensemble des pays. Le festival est également disponible sur près d’une trentaine d'autres plateformes partenaires, selon les territoires, dont iTunes dans 90 pays.

- En salles :
Des projections des films dans des salles près de chez vous auront lieu durant le festival. Les informations sur les lieux et les horaires seront régulièrement précisées sur le site.

- Dans les avions :
MyFrenchFilmFestival sera également présent dans les avions. Les films seront diffusés par plusieurs compagnies aériennes tout au long de l’année. Là encore, toutes les informations seront diffusées sur le site.
 
 

jeudi 15 janvier 2015

La publication de Charlie Hebdo


Voici un extrait de Libération:
Plus aucun stock. Le nouveau numéro de Charlie Hebdo est déjà épuisé dans les 27 000 points de vente de presse en France ce mercredi matin, indique l’Union nationale des diffuseurs de presse (UNDP). Les kiosques et magasins de presse ont été pris d’assaut : les 700 000 exemplaires livrés sont partis en quelques heures.
«Je n’en reviens pas. Je n’ai jamais vu ça.» Patrick est kiosquier depuis vingt-six ans sur la place Gambetta dans le XXe arrondissement parisien. Quand il a ouvert son rideau à 6h15 ce mercredi, une cinquantaine de personnes faisaient déjà la queue pour acheter le dernier numéro de Charlie Hebdo. «Tout est parti en dix minutes. J’en avais commandé 1 000 mais je n’en ai eu que 125. Je n’ai jamais eu autant de monde. Le 11 septembre 2001, ce n’était rien à côté de ça.»
A 7h30, les clients sont encore nombreux. Les files d’attente se forment en quelques secondes jusqu’à ce que le kiosquier crie «Plus de Charlie !». La queue se vide aussi vite qu’elle s’est formée. Certains vont vite chercher ailleurs, quand d’autres achètent quand même d’autres journaux, comme Christine : cette sexagénaire repart finalement avec le Times sous le bras. Elle voulait acheter Charlie Hebdo«parce que c’est un symbole de solidarité. Je suis très déçue mais demain je me lève à l’aube pour l’avoir.» Simone, 75 ans, commence, elle, à fatiguer : «C’est le quatrième kiosque que je fais. Je ne le trouverai jamais. Ils n’en ont pas sorti suffisamment. On ne peut pas le réserver, si ?»

Voici une vidéo sur la liste d'attente:
 

Au Furet du Nord de Lille, ruée pour Charlie Hebdo por lavoixdunord

Explication de la une de Charlie Hebdo:
Peu avant la conférence de presse donnée par l'équipe de Charlie Hebdo, le dessinateur Luz explique à Libération la conception de la une de cette semaine.

«Tout est pardonné»

«Est-ce qu’il va falloir qu’on explique un dessin ? Moi j’ai pas tellement envie d’expliquer ce dessin, sinon c’est vraiment premier degré. Evidemment, c’est une référence à la couverture de 2011, le premier drame qu’on a vécu, l’incendie, même si cette fois-là, il n’y avait pas eu de morts. Avec cette une, on voulait montrer ça : qu’à un moment donné, on a le droit de tout faire, et de tout refaire, et d’utiliser nos personnages comme on veut. Mahomet, c’est devenu un personnage, un personnage malgré lui dans l’actualité, puisqu’il y a des gens qui parlent en son nom. C’est une couv qui s’adresse aux gens intelligents, qui sont beaucoup plus nombreux qu’on croit, chez les athées, les cathos, les musulmans…



L'organisation de la distribution:


Les kiosques à journaux de la capitale ont été pris d'assaut dès les premières heures mercredi par des lecteurs en quête du dernier numéro de Charlie Hebdo. La plupart ne sont pas des lecteurs habituels du journal satirique. Paroles de lecteurs:


Sans surprise, Charlie Hebdo, dont l'équipe a été décimée par deux jihadistes dans l'un des pires attentats jamais perpétrés en France, persiste et signe avec une couverture représentant le prophète de l'islam, la larme à l'oeil, tenant une pancarte "Je suisCharlie". Tout comme l'ont fait dimanche des millions de manifestants en France et dans le monde.


Tiré à 5 millions d'exemplaires, mais distribué au fil des jours, le dernier numéro de Charlie Hebdo s'est rapidement retrouvé en rupture de stock dans les kiosques mercredi matin. Une opportunité dont tentent de tirer parti d'heureux acheteurs qui essaient de le revendre à des prix délirants.


La Une de Charlie Hebdo, dévoilée dès lundi soir, suscite de nombreuses critiques dans certains pays du monde musulman. Aux Philippines, 1.500 musulmans ont même manifesté. En Turquie, un journal a bravé l'interdit pour publier quelques extraits.


La presse étrangère voit la publication de Charlie Hebdo:

mardi 13 janvier 2015

Discours et hommage aux policiers tués mercredi et jeudi

Voici le discours du président de la république:



"Ils sont morts pour que nous puissions vivre libres"
Le président de la République a salué en fin de matinée les trois policiers tués par les frères Kouachi et Amédy Coulibaly. François Hollande a détaillé durant une demi-heure les origines et les carrières de "Clarissa, Franck et Ahmed", et a prononcé un éloge de la laïcité. "Toutes les religions sont protégées, tous les citoyens, qu'ils croient ou qu'ils ne croient pas, vivent ensemble la laïcité pour laquelle (un des trois policiers) Ahmed Merabet est tombé", a notamment déclaré le chef de l'Etat. "Lui savait mieux que quiconque que l'islamisme radical n'a rien à voir avec l'islam et que le fanatisme tue des Musulmans : c'est vrai en Afrique, c'est vrai en Irak, c'est vrai en Syrie, c'est vrai en France".



En milieu d'après-midi, c'est l'Assemblée nationale qui a rendu hommage aux victimes. Après une minute de silence, une Marseillaise improvisée est peu à peu sortie des rangs pour être reprise par l'ensemble des députés.

Manuel Valls a ensuite pris la parole pour annoncer une série de mesures destinées à lutter contre le terrorisme. Le Premier ministre en a profité, au cours d'un discours très applaudi, pour appeler à lutter contre l'antisémitisme et à protéger les "compatriotes musulmans". "L'Histoire nous l'a montré, le réveil de l'antisémitisme, c'est le symptôme d'une crise de la démocratie, d'une crise de la République", a-t-il lancé visiblement ému, avant de poursuivre. "Des actes anti-musulmans, inadmissibles, intolérables se sont produits ces derniers jours. Là aussi, s'attaquer à une mosquée, à une église, à un lieu de culte, profaner un cimetière, c'est une offense à nos valeurs".

Quelques dessins en hommage

 

 
Un hommage d'Atérix et Obélix:
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publication d'un nouveau numéro de Charlie Hebdo

La une du Charlie Hebdo de ce mercredi:


L'attente est telle que des personnes ont réservé leur numéro de Charlie Hebdo auprès de leur kiosquier. Et la vague de solidarité continue : certains marchands de journaux ont annoncé qu'ils reverseront toute la recette des ventes de l'hebdo aux victimes et plus d'un millions d'euros de dons a été récolté en ligne.
On regarde les détails de cette publication.




Après l'attentat contre Charlie Hebdo, Le Canard Enchaîné annonce dans son édition de mercredi être à son tour la cible de terribles menaces. Le Canard enchaîné fait état, dans son édition à paraître mercredi, de menaces reçues au lendemain de la tuerie à Charlie Hebdo, l'avertissant que cela allait être son "tour", ce qui a entraîné le renforcement de la surveillance du journal et l'ouverture d'une enquête du parquet. "C'est votre tour", prévient ce message, qui dit que les journalistes vont être découpés "à la hache", affirme Le Canard dans son édition de mercredi. "Vu le contexte", écrit Le Canard, "la surveillance a été renforcée et le procureur de la République a ouvert une enquête". Le message a été reçu par mail jeudi 8 janvier, au lendemain de l'attaque contre Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts dont huit collaborateurs de l'hebdomadaire satirique.

Manifestation du dimanche 11 janvier

 
 
 
Manifestation vue depuis la rue:
 
 



Retour sur la manifestation depuis les différentes chaines de televisión:



La "marche républicaine", en hommage aux victimes des attentats perpétrés par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, a réuni près de 4 millions de personnes en France, dont 2 millions à Paris. 

Merkel, Cameron, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, le président palestinien Mahmoud Abbas ou le roi de Jordanie... Les dirigeants d'une cinquantaine de pays étaient présents.


Rerouvez toutes les images de cette manifestation ici.

C’est une mobilisation d’une ampleur unique dans l’histoire du pays qui a rassemblé plus de 3 millions de personnes sur tout le territoire dimanche contre le terrorisme. Petit tour d’horizon des différentes étapes marquantes de la manifestation parisienne.



François Hollande, Manuel Valls, le gouvernement français, Angela Merkel, David Cameron, Benjamin Netanyahou, Mahmoud Abbas… Une cinquantaine de représentants officiels étrangers ont battu le pavé dimanche à Paris contre le terrorisme.

mercredi 7 janvier 2015

Nous sommes tous Charlie



Voici un journal télévisé spécial sur la tragédie de ce matin dans les locaux de Charlie Hebdo:


Voici un hommage des dessinateurs:
































Voici le déroulement de la tragédie:

D'abord une erreur. Vers 11H20, deux hommes vêtus de noir, cagoulés et armés chacun d'une kalachnikov se présentent au numéro 6 de la rue Nicolas-Appert (XIe arrondissement), où se trouvent les archives de Charlie Hebdo. Ils hurlent "C'est ici Charlie Hebdo ?" Voyant qu'ils sont à la mauvaise adresse, ils se dirigent alors au numéro 10 de la rue, où se trouve le siège de l'hebdomadaire satirique.

En pleine conférence de rédaction. Une fois dans l'immeuble, ils font feu sur le chargé de l'accueil et se rendent au deuxième étage, où se trouve la rédaction de Charlie Hebdo. "Les deux hommes ouvrent alors le feu et achèvent froidement les personnes rassemblées pour la conférence de rédaction", selon une source policière. Une seule personne, qui a réussi à se cacher sous une table, en réchappe. Elle entend les deux hommes crier "nous avons vengé le prophète" et "Allah akbar", selon cette source. Parmi les morts dans cette salle de rédaction, 8 journalistes, le policier qui était chargé de la protection de Charb et un invité, a indiqué le procureur de la République de Paris mercredi soir lors d'un point presse.

Les policiers pour cible. Vers 11h30, un appel police-secours fait état de tirs au siège de Charlie Hebdo. Des policiers sont dépêchés immédiatement sur place. Les deux agresseurs prennent la fuite en criant de nouveau "Allah akbar" et se retrouvent nez à nez avec une patrouille de la Brigade anti-criminalité (BAC) locale. Un échange nourri de coups de feu s'ensuit. Ils parviennent à prendre la fuite à bord d'une voiture Citroën C3 noire et font alors face à un véhicule de police sérigraphié. Ils tirent une dizaine de coups de feu sur le pare-brise de la voiture sans blesser les policiers qui se trouvent à l'intérieur. Des policiers font feu sur les assaillants, qui ripostent.
Un peu plus loin, ils rencontrent un policier en VTT. Ils ouvrent le feu sur lui, sans le blesser, précise le procureur de la République. 
Boulevard Richard-Lenoir, un policier en uniforme d'une quarantaine d'années, est touché et se trouve à terre, selon une vidéo diffusée sur internet. Les deux hommes sortent alors de leur voiture et s'approchent à petites foulées du policier à terre. L'un des assaillants lui crie "tu voulais me tuer!". Le policier lève la main "non c'est bon chef", avant d'être tué d'une balle en pleine tête, selon une vidéo diffusée sur internet et authentifiée par les enquêteurs.

Un accident de la route et un braquage de véhicule. Les deux assaillants regagnent leur voiture sans s'arrêter. "On a vengé le prophète Mohamed! On a tué Charlie Hebdo!", crient-ils avant de repartir, selon une autre vidéo. Un peu plus loin, place du colonel Fabien, les deux hommes percutent une automobiliste blessée légèrement. Ils abandonnent leur voiture rue de Meaux près du parc des Buttes Chaumont situé dans le XIXe. Les assaillants braquent ensuite un automobiliste porte de Pantin et s'enfuient vers le nord de Paris à bord de sa voiture. Les forces de l'ordre perdent alors leur trace.
Lors de leur attaque et de leur fuite, ils ont tué 12 personnes et fait 8 blessés, dont 4 en "urgence absolue" selon François Hollande. Le ministre de l'Intérieur a annoncé que "trois criminels" étaient impliqués dans l'attaque et recherchés activement, sans préciser le rôle du troisième. Tout est mis en oeuvre pour "neutraliser le plus rapidement possible les trois criminels", a ajouté Bernard Cazeneuve.
 

Aux dernières nouvelles, la pólice aurait identifié les trois hommes, on regarde l'article.


Plusieurs syndicats professionnels avaient appelé à un rassemblement mercredi sur la place de la République à Paris après l'attaque contre Charlie Hebdo. A 20h20 plus de 35.000 personnes étaient réunies sur la place parisienne, 100.000 dans toute la France. D'autres rassemblements ont lieu aussi à l'étranger.



Sur les réseaux sociaux, un mouvement s'est mis en marche: Horrifiés par l'attaque dont a été victime le journal satirique Charlie Hebdo, les internautes appellent au rassemblement et partagent des images reprenant sobrement le texte "Je suis Charlie"

Les rois mages en Espagne

En Espagne, les rois mages sont encore plus attendus que le père Noël.

Pour fêter l'épiphanie, de grandes parades ont eu lieu lundi soir un peu partout dans le pays avec des chars colorés et des pluies de bonbons. Et c'est ce matin que les petits Espagnols ont déballé leurs cadeaux.


En Espagne, le jour de l’Épiphanie est plus important que Noël pour les enfants. C'est en effet ce jour-là que sont distribués les cadeaux en la personne des Rois mages : Melchior, Gaspard et Balthazar. Dans plusieurs grandes villes d’Espagne, les Rois mages défilent pour l'occasion dans les rues.

La galette des rois

 
 
Les origines de la galette des rois et de la fève

Il faut remonter au XIIIe ou au XIVe siècle pour retrouver les premières traces du partage d'une galette lors de l'Epiphanie. Une galette, partagée en autant de portions que de convives plus une : la "part du pauvre", c'est-à-dire destinée au premier pauvre qui se présentait. On parle d'abord d'un gâteau doré et de forme ronde, une description qui peut rappeler le soleil et dont le culte des Saturnales.
Pendant ces festivités de 7 jours, les excès étaient permis et il était d'usage d'offrir des gâteaux à son entourage. Une tradition qui, au Moyen-Age, est devenue celle du "gâteau des rois". Pour certains, l'appellation viendrait de la redevance qu'il fallait verser à son seigneur à la même époque. Redevance généralement accompagnée elle-même d'un gâteau.
Quant à la fève, elle aurait précédé la galette puisqu'elle date elle aussi de l'empire romain. Il était d'usage en effet dans la Rome antique de tirer au sort le roi d'un festin grâce à un jeton noir ou blanc. Il est aussi dit qu'un roi était désigné par ce biais parmi les soldats d'une garnison ou dans une famille lors des Saturnales et qu'il pouvait ainsi, pendant une journée, réaliser tous ses désirs commander tout ce qu'il lui plaisait.
Une légende rapporte également une autre origine de la fève : la légende de peau d'Ane, inspirée du conte de Charles Perrault. C'est ainsi en oubliant sa bague dans un gâteau destiné au prince que Peau d'Ane aurait inspiré cette étrange coutume. Enfin, la tradition d'envoyer le plus jeune des convives sous la table pour désigner à qui revient chaque morceau de la galette serait arrivée à la même époque.
Lors des Saturnales toujours, le maître de maison demandait en effet au plus jeune de la famille, censé être le plus innocent, de désigner à quel convive il doit distribuer la part qu'il tient en main. L'enfant est généralement surnommé Phébé (pour " Phœbus " ou " Apollon "), en référence à un oracle d'Apollon.

Pour en savoir plus: c'est ici.



 
La recette en vidéo:
 

Les boulangeries et pâtisseries ont été prises d'assaut ce matin par de nombreux clients venus acheter la galette des rois pour l'épiphanie. Frangipane dans le Nord, brioche dans le Sud : les goûts restent très classiques.
  

Mardi, c’est épiphanie. Comme le veut la tradition, c’est le moment de déguster la galette des rois. Après les bûches, c'est une grosse période d'activité pour les boulangers et les pâtissiers.

L'épiphanie est un moment important pour les chrétiens qui célèbrent la visite des rois mages à Jésus. C'est aussi le jour où l'on déguste la traditionnelle galette des rois. En Provence, ce n'est pas une galette mais une brioche à la fleur d'oranger et aux fruits confits.

vendredi 2 janvier 2015

Bonne Année 2015!


Comme chaque nouvelle année on commence par les bonnes résolutions:
Une bonne santé, faire du sport, profiter davantage de ses proches, faire du bénévolat... Chaque début d’année, les Français font la liste des bonnes résolutions qu’ils s’engagent à tenir pour les douze mois à venir. Le tout est de rester réaliste.


Chaque année, les bénévoles du Secours populaire organisent aux quatre coins de la France des dîners à l’occasion du réveillon du Nouvel an. Les plus démunis, comme ici à Limoges, ont profité d’un dîner sous le signe de la chaleur et de la convivialité.


C'était une surprise. Elle a éclaté à minuit pile sur les Champs-Elysées. Un feu d'artifice a été tiré depuis l'Arc de triomphe, alors que jusque-là il n'y en avait pas à Paris pour le 1er de l'an. Des dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées pour assister au spectacle. Aujourd'hui de nouveau, beaucoup s’étaient rassemblés pour suivre une grande parade.


Chaque année pour le passage à la nouvelle année, les Champs Elysées sont un lieu de rassemblement pour les Français. Malgré le froid, ils ont été des centaines de milliers de curieux pour admirer le spectacle lumineux et le feu d’artifice organisé par la Mairie de Paris sur l'Arc de Triomphe.